Lecture : Le choix de Pénélope, Marie Lerouge

J’avais lu il y a quelques temps La valse des sentiments, le premier livre de Marie Lerouge paru chez HQN. Ça m’avait plu, du coup, comme on me proposait de chroniquer son nouveau roman, Le choix de Pénélope, je me suis empressée d’accepter. Je suis cependant un peu plus mitigée sur ce livre.

logo hqn

L’homme assis et la femme-oiseau

De ce que l’auteure en disait, je pensais que ce serait une romance centrée sur le handicap du héros et les difficultés qui en découlent. Or j’ai eu l’impression qu’on restait toujours à la surface du sujet. Pas que ce soit jamais abordé, hein : c’est là pour la première nuit d’amour des protagonistes, le fait que Simon voyage difficilement… Mais je sais pas, il manquait quelque chose pour que je ressente vraiment sa condition. La plupart du temps, je l’oubliais — c’était peut-être le souhait de l’auteur, me direz-vous. Et puis j’ai trouvé que l’euphémisme « homme assis » revenait un peu trop souvent, qu’il poétisait un peu trop un truc qui l’est pas des masses.
En fait, j’aurais compris s’il avait été employé exclusivement quand on est du point de vue de Pénélope, parce que c’est ainsi qu’elle le voit : non pas une personne handicapée, mais simplement un homme qu’elle aime et qui se trouve être assis. Fort bien. Mais du coup, comme l’expression revient alors qu’on est du point de vue d’autres personnages — j’ai souvenir que c’est le cas avec le père de Pénélope, notamment — jai trouvé que ca en perdait un peu de sa force.

Lire la suite

Publicités

Lecture : La valse des sentiments, Marie Lerouge

Quand j’ai commencé à me dire que ça pourrait être cool de publier mes propres histoires, et de sortir du cocon douillet de la fanfiction, j’ai essayé de trouver des éditeurs qui correspondraient à ce que j’écrivais, c’est à dire de la romance. Evidemment, le grand leader du genre était bien sûr Harlequin. Mais à l’époque, ils ne publiaient que des traductions d’oeuvres anglophones. Grosso modo, personne ne publiait de romance francophone. Les choses ont bien changé depuis, avec pas mal d’éditeurs, numériques et/ou papier qui se sont spécialisés dans le genre – notamment Láska, chez qui j’ai publié mes premiers textes. Et Harlequin a suivi le mouvement, avec la collection HQN, entièrement réservée aux auteurs francophones. (A noter que, contrairement à ce à quoi Harlequin nous a habitués, HQN s’ouvre à d’autres genres que la romance.)

logo hqn

Du coup, j’étais pas mal curieuse de lire ce qui se faisait chez eux, et l’occasion m’en a été donnée grâce à Marie Lerouge et les responsables du service presse HQN, que je remercie. Marie Lerouge est l’auteure de La valse des sentiments. J’ai tout de suite flashé sur la couv’ quand je l’ai vue défiler dans mon feeds facebook, et c’est comme ça que je suis rentrée en contact avec l’auteure.

hqn_valsesentiments_ebk_1couv

L’histoire en quelques mots…
Clara est une jeune violoniste, au tout début de sa carrière qui s’annonce brillante. A un concert dans sa ville d’origine, Strasbourg, elle rencontre Tristan un industriel complètement néophyte en matière de musique, mais qui tombe sous le charme de la jolie violoniste. Le coup de foudre est réciproque. Mais Clara doit partir pour Paris, où elle va intégrer une école prestigieuse. Leur relation tiendra-t-elle le choc de la distance ? C’est toute la question de ce roman. Lire la suite