Maximiser les chances de voir son texte édité

Avant d’envoyer quoi que ce soit à un éditeur, j’ai commencé par me renseigner, fouiner, essayer de comprendre un peu comment ça marche tout ça.

Je parle pas de passer une après-midi sur internet à faire des recherches. Non. Pendant presque dix ans, j’ai écrit et publié sur internet, gratuitement. Et à coté de ça, je regardais ce qui se faisait. Je parcourais avidement les forums des éditeurs des bouquins que j’aimais, et je lisais, avec de grands yeux émerveillés, les échanges des auteurs de livres que j’avais appréciés. Je lisais des articles sur l’édition, je me baladais dans les librairies et je notais mentalement quelles maisons d’édition je voyais sur les rayons. Et j’avais toujours en tête l’idée que, oui, un jour, j’écrirais quelque chose que j’enverrais à un éditeur, mais que ce n’était pas le bon moment.

Alors, quand vous vous renseignez un peu sur l’édition, vous déchantez vite sur vos chances de jamais publier quoi que ce soit. En effet, on vous dit que les comités de lecture sont noyés sous une masse de manuscrits, et que, en moyenne, 1 manuscrit sur 6000 est publié.

1190771_6_4fbc_yann-galut-propose-que-cette-taxation-de-15_6bf9264b2b321cf8df1101a972ccea66

Arrivé là, autant jouer au loto…

Lire la suite

Publicités

Les Éditions HPF

Puisque la première nouvelle de Chloé, « Le déserteur » va bientôt sortir chez eux, j’ai décidé de vous parler un peu des Éditions HPF.

Les Éditions HPF, c’est un éditeur associatif. Concrètement, qu’est-ce que ça veut dire ?

Une maison d’édition traditionnelle, c’est une entreprise qui appartient à son directeur, et éventuellement ses actionnaires. Les Éditions HPF ont bien une directrice, Sylviane Convert, mais celle-ci est mandatée par l’association Héros de Papier Froissé, à laquelle appartiennent les Éditions HPF. (Sylviane a bien voulu répondre à mes questions concernant les Éditions HPF, et je l’en remercie.)

logo Editions HPF

Mais surtout, les Éditions HPF sont une structure à but non lucratif. Bien sûr, comme tout éditeur, ils vendent des livres. Alors où va l’argent ? Pour le comprendre, il faut d’abord parler un peu plus en détail de l’association Héros de Papier Froissé.

L’association HPF

Héros de Papier Froissé est une association loi 1901 qui a été créée en 2008. Son but à l’époque, c’était surtout de financer le site Harry Potter Fanfiction, le premier site de publication francophone de fanfictions dédiées à Harry Potter.

Ensuite de quoi, les motivations et les actions de l’association se sont diversifiées. Elle se présente aujourd’hui comme une association qui vise à la promotion de l’écriture et de la publication de textes, sur le net ou tout autre support légal. Pour cela, outre le site Harry Potter Fanfiction, l’association possède un site de publication d’histoires dites originales (comprendre : pas des fanfictions) : le Héron à la Plume Flamboyante, et, donc, les Éditions HPF.

En plus de ça, l’association HPF organise et participe à différents types de manifestations, en lien avec l’écriture ou la communauté qui s’est créée autour des différents sites : forum, ateliers d’écriture, concours en tout genre, festivals, rencontres, jeux de piste…

Les bénéfices réalisés sur la vente des livres HPF sont donc en partie réinvestis dans les Éditions elles-mêmes, histoire de pouvoir lancer de nouveaux projets, et le reste sert à financer l’association (frais de serveur pour les sites, concours, rencontres, etc.)

Éditeur traditionnel vs éditeur associatif

Cela veut dire aussi que dans les coulisses des Éditions HPF, il y a toute une équipe (administration, sélection des textes, correction, mise en page, promotion, vente…) constituée entièrement de bénévoles. C’est une des grosses différences entre un éditeur associatif et un éditeur traditionnel : ici, les seuls à être rémunérés sont les auteurs et les illustrateurs.

Et comme le but des Éditions HPF, dans la droite ligne des statuts de l’association, c’est de promouvoir la lecture et l’écriture, et non pas l’enrichissement personnel, ils essaient de mieux rémunérer leurs auteurs qu’ailleurs.

Si vous vous intéressez un peu au monde de l’édition et que vous traînez sur internet, vous avez sûrement vu ce graphique qui explique qui touche quoi sur un livre vendu 20 euros. Il a tellement été réutilisé partout et par tout le monde qu’il est devenu impossible de dire qui en est l’auteur, et comme j’aime pas utiliser sans citer mes sources, j’ai préféré en refaire un, plus adapté à nos besoins. En effet, les Éditions HPF ne vendant pas leurs ouvrages 20 euros, ça reste plus simple de parler en pourcentages.

Répartition des gains

Sentez-vous libre de réutiliser ce graphique, si possible en citant votre source !

Pour élaborer ce magnifique camembert, je me suis basée sur cet article, qui correspondait plutôt bien aux chiffres que j’avais en tête de mémoire.

Voilà donc comment ça se passe chez un éditeur traditionnel, sachant que souvent, les auteurs débutants vont se voir proposer entre 5 et 7 % de droits d’auteur, et que les auteurs plus confirmés pourront négocier autour de 8 ou 10 (voire beaucoup plus, pour les best-sellers).

Alors, en quoi les choses sont elles différentes chez HPF ? Et bien, comme je le disais, leurs contrats sont beaucoup plus avantageux pour leurs auteurs, qui touchent 16% de droits d’auteur (avec un contrat évolutif, en plus, au-delà d’un certain nombre d’exemplaires vendus, le pourcentage augmente), soit plus du double de ce qui se fait généralement.

Par ailleurs, en raison de la petite taille de leur structure, les Éditions HPF ont décidé de vendre uniquement sur internet, via leur boutique en ligne. Du coup, exit la part du distributeur, du diffuseur et du libraire.

Est-ce que ça veut dire qu’en enlevant 15% pour les auteurs et 15% pour l’imprimeur, HPF met 70% de la vente de leurs livres dans ses petites poches virtuelles ? Pas tout à fait, malheureusement pour eux.

Déjà, parce que fonctionner sans distributeur sous-entend d’autres frais (hébergement du site de vente en  ligne…), mais surtout, parce que HPF, c’est ce qu’on appelle de la micro-édition. Donc avec des très petits tirages (autour de 250 par titre, environ), ce qui fait que le pourcentage de frais qui revient à l’impression n’a rien à voir avec le graphique présenté ci-dessus. Renseignement pris auprès de la directrice des Éditions HPF, la part de l’imprimeur représente pour eux plus du quart du prix du livre. Et oui : plus vous tirez un titre en grande quantité, plus le prix de l’exemplaire unique est bon marché.

L’argent qui reste, HPF le réinvestit en partie pour publier d’autres livres, en partie pour financer ses autres projets.

Les sorties des Éditions HPF

Pour le moment, les Éditions HPF se sont spécialisées dans la publication d’anthologies qui regroupent les nouvelles de différents auteurs sur un même thème. (Cependant, je me suis laissée dire qu’ils n’étaient pas fermés à l’idée de publier un jour des romans… Et pour les auteurs parmi vous toujours à la recherche d’Appels à Textes ou d’éditeurs à qui soumettre vos manuscrits, n’hésitez pas à suivre leur page Facebook !)

mini_reves_froisses-228x228

Leur premier ouvrage, Rêves Froissés, est sorti en décembre 2012 et, je vous le donne en mille, il s’agissait d’une anthologie sur le thème du rêve. Cette antho réunit les textes de douze auteurs différents, dont c’est souvent la première publication.

A moins de 10 euros pour un livre format A5 (pas un poche, donc), avouez qu’en plus de bien rémunérer leurs auteurs, les Éditions HPF ont des prix doux pour leurs lecteurs.

bh_1e_bat-228x228

Si la date de sortie de Bleu Horizon a été fixée au 28 juin 2014, ce n’est pas un hasard. C’est en effet la date anniversaire de l’assassinat du duc François Ferdinand, souvent considéré comme l’élément déclencheur de la Première Guerre mondiale.

La Grande Guerre, c’est le thème de cette anthologie où, en plus de la nouvelle de Chloé, vous pourrez découvrir les textes de 16 autres auteurs, jeunes talents de la scène littéraire francophone.