8 outils d’écriture pour booster votre productivité

On dit souvent que l’écriture est un muscle : plus on pratique, plus on devient endurant, et plus c’est facile. C’est un constat qui s’applique assez bien à moi, c’est pour ça que mes outils de productivité préférés sont ceux qui encouragent la régularité.

Écrire tous les jours

J’ai trois sites à vous présenter qui fonctionnent plus ou moins sur le même principe : celui de la chaîne qu’il ne faut pas briser. Qu’est-ce qu’une chaîne ? C’est une suite de jours où vous accomplissez votre objectif. C’est une excellente méthode pour construire une habitude. Le plus dur, c’est de s’y mettre, donc n’hésitez pas à choisir un petit objectif comme 100 mots par jour. La moitié du travail, c’est d’ouvrir votre fichier (ou votre application d’écriture) et d’écrire le premier mot. Le reste viendra plus facilement et il est fort probable que vous dépassiez les 100 mots en question. Et puis même, 100 mots tous les jours, ça fait 36 500 mots dans l’année, c’est pas si mal, surtout si votre mode de fonctionnement actuel, c’est d’avoir une poussée de motivation où vous écrivez 10 000 mots en trois jours, et puis plus rien pendant 6 mois.

3 pages

Le premier site que je vais vous présenter est le plus simple mais donc aussi le moins customisable. Il s’appelle 3 pages et c’est un site français. Il s’agit donc d’écrire l’équivalent de 3 pages (soit 750 mots) par jour, tous les jours. L’interface est propre et nette, avec une grande page blanche qui donne immédiatement envie de la remplir.

Chaque jour du mois est symbolisé par une suite de petits carrés gris qui deviennent blancs quand vous avez validé vos 750 mots. C’est très satisfaisant de les avoir tous blancs sur le mois, tout comme c’est satisfaisant d’avoir une chaîne de plus en plus longue. Il y a aussi un certain élément d’émulation puisque le site vous permet de voir les utilisateurs qui ont les plus longues chaînes, et vous pouvez chaque mois inscrire votre pseudo au « Panthéon » en tenant les 750 mots pendant un mois complet.

Writing Streak

Writing Streak, c’est le même principe que 3 pages, mais en nettement plus customisable. L’interface est en anglais, mais elle est assez facile à prendre en main. L’intérêt, c’est que 750 mots pour commencer, ça peut faire beaucoup, alors ici, c’est vous qui décidez du minimum que vous souhaitez écrire chaque jour. Vous remplissez ça dans Settings et vous pouvez aussi y ajouter un objectif sur une période donnée, par exemple 5000 mots du 1er au 30 octobre.

L’application vous crée alors un petit graphique (assez proche de celui du NaNo, pour les nostalgiques) qui vous permet de voir où vous en êtes. Par ailleurs, vous avez aussi un calendrier de l’année, où les jours où vous avez rempli votre objectif sont symbolisés par un petit rond. Plus vous avez écrit, plus le rond est foncé, ça donne l’impression d’un petit collier de perles qui se déroule sur l’année, là encore, c’est plutôt satisfaisant visuellement – même si, cette année, je me suis très peu servie de cette appli comme ça se voit ci-dessous.

Writing Streak a encore d’autres fonctionnalités sur lesquelles je passe brièvement, comme des prompts aléatoires que vous pouvez afficher via le menu ou un défi de course contre la montre.

3 pages et Writing Streak archivent tous les deux vos textes, ça peut donc vous faire un back up (il y a une option pour tout télécharger d’un coup), et ça veut aussi dire que vous pouvez écrire de n’importe où, par exemple de l’ordinateur du boulot sans avoir à trimballer une clé USB où enregistrer vos textes sur le disque dur du bureau.

Pacemaker

Le dernier des trois sites est donc assez différent puisque vous n’écrivez pas directement sur l’appli, elle n’enregistre rien. Pacemaker vous permet simplement d’établir votre plan de bataille : renseignez le nombre de mots (ou paragraphe, pages, etc.) que vous voulez écrire en combien de temps, et il définit pour vous combien vous devez écrire chaque jour. Il y a une option payante qui permet de faire plus de trucs mais avec la version gratuite vous pouvez déjà avoir 2 plans en même temps, ce qui n’est pas si mal. Le plus gros problème, c’est sans doute qu’en mode gratuit, vos plans sont forcément visibles de tous alors qu’avec un compte premium vous pouvez les passer en privé. En soi, je n’ai pas trop de souci avec l’idée qu’on puisse voir mes graphiques, mais j’ai l’impression que si je voulais je pourrais éditer les plans des autres, ce qui est nettement plus problématique. Évidemment, je ne me suis pas amusée à essayer, donc si ça se trouve, ça bloque au moment d’enregistrer.

Vous pouvez définir différentes stratégies, par exemple, écrire la même quantité chaque jour, ou au contraire y aller de façon progressive en augmentant progressivement le nombre de mots que vous écrivez. Vous pouvez aussi choisir d’écrire plus le weekend, ou au contraire, de prendre ces jours en off. Une fois que vous avez renseigné toutes les options, Pacemaker vous affiche votre plan sous forme de graphique (ci-dessus), de liste, ou de calendrier (ci-dessous).

Plan progressif pour écrire 5000 mots d’ici la fin du mois

Bref, ça permet de se donner un objectif et de le suivre, un peu comme avec les stats du NaNo, mais en beaucoup plus personnalisable.

Faire de l’écriture un jeu

Outre la régularité, un principe qui peut vous aider à faire décoller votre compteur, c’est la gamification. Plutôt que de voir l’écriture comme une tâche ardue, longue et pratiquement insurmontable, divisez ça en petits objectifs et récompensez-vous pour chaque objectif atteint. C’est ce que permettent ces différentes applications, certaines en privilégiant les récompenses, d’autres les punitions.

4theWords

C’est clairement celle qui pousse le concept de gamification le plus loin. L’inconvénient, c’est qu’après une période d’essai gratuite, l’utilisation devient payante (4$ par mois).

4theWords est un véritable jeu en ligne : vous disposez d’un avatar (dont vous personnalisez l’apparence à votre guise) qui se déplace dans un univers de fantasy et doit remplir des quêtes pour progresser dans l’univers, obtenir des objets magiques, etc. Les graphismes sont soignés et donnent envie de s’immerger dans l’univers.

Le principe, c’est que pour vaincre les monstres que vous devez affrontez, il faut leur asséner un certain nombre de mots en un temps imparti. Évidemment, vous allez commencer facile avec des monstres à 100 mots en 15 min, mais le principe est assez addictif et bientôt, vous allez vous faire des monstres à 2000 mots sans vous en apercevoir (ou presque).

Vous pouvez organiser vos textes en projets et documents et l’avantage, c’est que vous pouvez toujours y accéder en mode gratuit en « lecture seule ». Si ça vous tente d’essayer, le premier mois est gratuit et je peux aussi vous fournir un « referral code » qui vous permet de gagner des cristaux (la monnaie du jeu) supplémentaires. Signalez-moi-le en commentaire si ça vous intéresse. 🙂

WrittenKitten

Le même principe en trèèèèèèèèès simplifié. Le concept de WrittenKitten tient entièrement dans son nom : dès que vous avez écrit 100 mots, l’application vous récompense en vous montrant une photo de chat. Vive internet, quand même !

Bon, OK, c’est un peu gadget mais c’est mignon quand même.

Write or Die

Si vous l’avez connu à ses débuts, Write or Die, c’était littéralement « écris ou meurs » enfin, « écris ou tes mots s’effacent« . Depuis, il a développé d’autres options, dont également un mode récompense qui vous montre des chatons et vous passe des bruits de ronronnement, mais ça c’est pour la version payante de l’application (20 $) qui vous permet également d’avoir accès à des statistiques et de pas mal personnaliser la bête.

En gratuit, il vous faut choisir entre le mode « Stimulus » (un bruit agréable qui s’arrête si vous n’écrivez plus), « Conséquences » (un bruit désagréable qui se déclenche si vous n’écrivez plus) ou « Kamikaze » (vos voyelles s’effacent au fur et à mesure si vous arrêtez d’écrire trop longtemps). Pour utiliser la version gratuite, c’est la petite barre en bas avec « Try » : vous choisissez le nombre de mots, le temps que vous voulez y passer, et le mode.

Éliminer les distractions

Le risque de la gamification, c’est que les outils qui sont censés vous aider à être plus productifs vous poussent au contraire vers la procrastination. Alors, à l’autre bout du spectre, il y a des applications qui ont pour but d’éliminer toute distraction.

Calmly Writer

Il en existe plusieurs sur ce principe, j’en ai sélectionné une seule. Calmly Writer, c’est un traitement de texte en ligne tout blanc, sans rien pour vous perturber. Soyons francs, c’est un peu boring, il n’y a pas grand-chose à en dire, et je ne vais pas vous faire une capture d’écran pour vous montrer une page blanche sans aucune interface. Mais voilà, c’était juste pour signaler que ça existe.

Ilys

Celui-ci est un peu plus rigolo : Ilys part du principe que corriger est une distraction. Pour vous en empêcher, non seulement la touche « Effacer » est désactivée, mais surtout, Ilys n’affiche qu’une lettre à la fois jusqu’à ce que vous ayez atteint votre compte de mots.

Soyons honnêtes, c’est perturbant et il y a de grands risques que votre texte soit truffé de fautes de frappe, mais si vous souffrez du syndrome de Joseph Grand (le personnage dans La Peste de Camus qui réécrit sans arrêt la première phrase de son roman sans jamais passer à la suite), ça peut vous aider.

J’espère qu’avec tout ça, vous aurez trouvé votre bonheur. Et si vous connaissez une autre super application pour faire exploser le compteur de mots, n’hésitez pas à la partager dans les commentaires !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s