Tentative d’Incubation d’Antéchrist

Cette nouvelle, d’abord publiée individuellement chez Láska, fait l’objet d’une réédition dans une anthologie papier et numérique  consacrée à la romance paranormale : Vampires, Démons et Métamorphes. Bon, je fais partie de ces auteurs perpétuellement insatisfaits qui détestent relire leurs vieux textes parce que leurs maladresses les font grincer des dents.

vampires TIA_petit

Du coup, quand j’ai dû relire celui-ci pour valider le BàT de cette nouvelle antho, et que je me suis carrément marrée, je dois dire que ça a été une sacrée bonne surprise. J’écris rarement de l’humour, c’est d’ailleurs mon seul texte appartenant à ce genre à avoir été publié, alors constater que ça fonctionne, c’est rassurant, hein.

Alors, pour rentrer un peu dans les détails, cette histoire, c’est celle de l’incube Azelmoth à qui on demande ni plus ni moins d’aller inséminer une humaine pour créer l’Antéchrist. Eh oui ! Rien que ça.
Azelmoth est pas super chaud : il était très satisfait de sa petite routine dans les Cercles Infernaux Inférieures. Mais après tout, l’humaine qu’on lui demande de séduire est plutôt charmante. Il pourrait y avoir pire, comme mission.
Il y a juste un petit souci : quand on se présente comme incube, démon spécialiste du sexe et de la luxure, être éjaculateur précoce, ça jette un peu un froid, quand même…

friday_is_not_here_by_anotheroutsider-d5j31s7 incube

Souvent, ce genre d’histoires d’unions surnaturelles sont racontées du point de vue de l’héroïne. J’avais envie de bousculer un peu les choses, et c’est donc Azelmoth qui nous raconte son histoire.

Et ça donne ça :

Les gens ont tendance à penser que, parce que je suis un démon, je suis forcément attiré par les lieux de péché, que seule la dépravation m’intéresse. Le sexe, la drogue, les jeux de pouvoir. En vérité, j’ai des goûts assez simples.

Je rentre dans la première boulangerie sur mon chemin, et je demande un croissant. Derrière le comptoir, un type à peine sorti de l’adolescence, le cheveu un peu gras, les dents trop en avant. Il n’a pas l’air de m’entendre. Ses yeux sont glués à mon front, et sa bouche est grande ouverte, façon mérou asphyxié.

Et merde ! Mes cornes… Même pas cinq minutes que je suis visible, et je suis déjà grillé. Il va se mettre à beugler, m’agiter un crucifix sous le nez — ce qui n’est pas si grave — et je peux dire adieu à mon croissant — ce qui est dramatique.

Il détache enfin son regard de mes cornes et m’adresse un sourire contrit.

« Désolé, dit-il. Je voulais pas être impoli, mais… c’est la première fois que je vois des implants aussi bien faits. Trop classe, sérieux. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s