2016 : mon année d’écriture

Cette année, j’ai eu l’occasion de participer à des ateliers d’écriture en anglais. Ça faisait plusieurs années que je n’avais pas écrit en anglais et c’était une expérience plaisante. Évidemment, c’est un peu plus compliqué d’écrire dans une langue qui n’est pas sa langue maternelle, et d’un autre côté, comme ça laisse un peu moins de choix, ça facilite les choses en cela qu’on est obligé d’aller à l’essentiel. J’ai écrit quelques nouvelles, principalement de la SF et de la fantasy – pour le moment, je n’ai encore jamais vraiment écrit de romance ou d’érotique en anglais – dont je suis assez satisfaite. Je n’ai à l’heure actuelle pas de projet de publication avec ces textes, je les ai surtout écrits pour moi, pour me prouver que je pouvais le faire.

Publications

À part ça, j’ai continué à participer à des AT en français, qui ont donné lieu à trois publications chez la Musardine. En plus de cela, mon tout premier texte publié chez éditeur, Le Correspondant inattendu est sorti au format papier dans une anthologie gay et lesbienne publiée chez Láska.

Ça a été mes seules publications de l’année, parce qu’outre l’écriture en anglais, je me suis surtout consacrée à des projets plus longs, que je n’ai pas encore achevés. Par contre, en tant que traductrice, j’ai enchaîné les publications chez MxM Bookmark et Reines-Beaux. Du point de vue de la traduction, ça a été, et de loin, mon année la plus productive. Je suis assez fière de moi là-dessus.

Stats

capture-decran-17

J’aime bien faire des stats sur ma productivité en écriture, ça me motive, et ça me donne, après coup, une idée de la façon dont je gère mon temps. La plupart du temps, c’est des stats sur un projet donné, comme ce qu’on peut faire pour le NaNo, mais à la fin de l’année, j’aime bien aussi avoir une idée purement quantitative de ce que j’ai écrit. J’ai ce genre de données depuis 2009, et cette fois, je me suis amusée à faire un petit graphique.

Cette année, j’ai écrit 16 000 mots en anglais, 47 000 mots en français, et j’ai traduit pas moins de 404 000 mots (O.o).

capture-decran-18

 J’aime beaucoup ce graphique parce qu’on y voit vraiment comment ma vie a évolué : comment l’original a peu à peu pris le pas sur la fanfiction, comment je me suis mise à écrire beaucoup plus depuis que j’ai arrêté la fac (j’ai rendu mon dernier gros travail universitaire durant l’été 2014, et c’est juste après ça que j’ai commencé à écrire pour des AT), et comment j’ai remplacé mon loisir, la traduction de fanfictions, par une activité semi-professionnelle (je n’en vis pas, mais ça complète mes revenus), la traduction littéraire.

Publicités

2 réflexions sur “2016 : mon année d’écriture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s