Bilan du NaNoWriMo 2015

Le mois de novembre vient de s’achever, et j’étais jusque-là pas trop dispo pour vous raconter ma vie parce que qui dit novembre dit… NaNoWriMo. Vous voyez de quoi je parle ? Si vous traînez un peu sur des blogs d’auteur, vous avez déjà dû en entendre parler. Sinon, c’est donc ce challenge d’écriture qui consiste à écrire un roman de 50 000 mots en un mois. En général, je triche, et cette année ça n’a pas changé, en cela que je n’écris pas un roman, mais plusieurs projets différents que je compile pour faire 50K sur le mois.

NaNo-2015-Winner-Banner

Un départ dans les starting blocks

Et souvent, comme j’ai pas l’endurance nécessaire pour écrire autant, et que je procrastine joyeusement, disons-le, eh bien je finis en faisant une trad, parce que j’arrive à traduire beaucoup plus vite que je n’écris.

Ce mois-ci, j’étais partie de toute façon sur une trad, parce qu’elle était due pour novembre et que je n’avais pas le choix. C’était une nouvelle longue, je l’avais à peine commencé en octobre (j’étais en vacances en octobre, j’ai beaucoup bougé et j’ai pas eu trop l’occasion de bosser à mon ordi), et je l’ai finie en quelques jours au début du mois.

Par contre, une fois ces premiers 15K de NaNo faits sur ma trad, je comptais rester sur de l’écriture jusqu’au bout, parce que le challenge consiste à se dépasser, tout ça tout ça. Et c’était bien parti parce qu’avec un peu plus de 2K par jour, j’avais quelques milliers de mots d’avance, ce qui est un bon plan pour rester motivé jusqu’à la fin. J’ai repris un roman commencé il y a lurette et dont j’avais déjà écrit 10 000 mots, et c’était cool parce que même si je n’y avais pas touché depuis… deux ans ? (oui, en fait, c’est très possible que j’ai commencé ce projet au NaNo d’il y a deux ans), et bien ça a été facile de s’y remettre après une simple relecture, je retouvai mes personnages et je prenais plaisir à écrire sur mon histoire. J’avais totalement l’intention de continuer comme ça jusqu’à la fin du mois et de peut-être finir mon histoire avec un petit roman qui ferait autour de 40K.

Writer’s block

Mais entre temps, il y a eu les événements du 13 novembre, et comme pas mal de monde je crois, ça m’a pas mal choquée, et ce choc s’est traduit en un bon gros writer’s block. J’arrivais plus du tout à écrire, en me forçant comme pas possible, je pouvais peut-être sortir 100 ou 200 mots dans la journée, mais c’était incroyablement laborieux.

Au bout d’une grosse semaine comme ça, j’en ai eu marre et j’ai changé de projet, même si ça m’embêtait vu que je voulais profiter de NaNo pour finir cette histoire. Mais bon, quand ça veut pas, ça veut pas. Et là, sur ce nouveau projet, les mots sont revenus, j’ai écrit 10K en 5 jours, et j’ai donc bouclé le deuxième épisode d’une série. C’est cool, parce que je vais pouvoir bientôt proposer ces deux épisodes à mon éditrice. Avec tout ça, il me restait genre 4 jours pour faire 15K, sachant que je bossais huit heures par jour sauf le tout dernier lundi. Du coup, j’ai capitulé et je suis repassée sur de la traduction. J’ai pu traduire 2000 mots par jour les jours où je bossais, et j’ai fini en mode un peu épique le dernier jour avec 6000 mots dans la journée.

Du coup, mes stats ont une gueule rigolote, je trouve, avec cette grosse poussée le dernier jour. 🙂

nano15 stats

Ah, et oui, j’ai utilisé la version d’essai  gratuite de Scrivener (auquel on pouvait accéder depuis le site du NaNo) pour compiler facilement mes différents projets du mois. Et en fait, il y avait 1,5K de différence entre le compteur Scrivener et celui du NaNo, du coup, j’ai dépassé la barre des 50K.

Bilan

Dans l’ensemble, ça a été plutôt productif donc, et sur 4 trucs, il y en a 2 (la première trad, et l’épisode de 10K) qui sont exploitables quasi immédiatement, et un qui me donne une belle avance sur un futur projet (la deuxième trad). Pour mon roman inachevé, par contre, c’est un peu dommage, parce que je sens déjà que je vais pas avoir la motivation de m’y remettre avant un moment. Qui sait, peut-être au NaNo de l’an prochain.

En tous les cas, ça a été une expérience sympa parce que j’ai eu la chance d’être bien entourée par d’autres NaNoteurs. Avec notre petite communauté d’écriture, on s’était fait un tchat pour l’occasion, et ça papotait bien (procrastination power !), mais ça s’entraidait aussi pas mal, avec des trucs et astuces pour débloquer l’inspiration, des Word Wars, ce genre de choses.
Bref, le NaNo, c’est pour moi le truc parfait pour se donner un gros boost et augmenter sa productivité juste un mois avant le bilan de fin d’année.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s