Lecture : The Night Circus, par Erin Morgenstern

J’ai dans mes connaissance internet quelqu’un qui est très enthousiaste sur The Night Circus, et du coup, c’est un de ces titres que j’avais classé sur l’étagère mentale « À lire si l’occasion se présente ». Il se trouve que pendant mes vacances je suis tombée dessus par hasard dans une librairie et comme j’avais envie de ramener un souvenir de ce voyage sans partir dans les conneries en plastique des magasins pour touristes, j’ai fait une exception à la règle qui veut que je n’achète plus de bouquins papier tant que je n’ai pas fait baisser ma PàL.

TheNightCircus

Un premier roman impressionnant de maîtrise

Et j’ai bien fait, parce que ça faisait longtemps que je ne m’étais pas laissée transporter ainsi dans un autre univers. The Night Circus est le premier roman d’Erin Morgenstern, et si elle en sort d’autres, je me laisserai facilement tenter car j’ai vraiment été conquise par celui-ci.
The Night Circus était rangé au rayon fantasy de la librairie, mais il est en vérité assez difficile de lui attribuer un genre. Ce n’est en tout cas pas de la fantasy classique dans un univers médiéval fantastique. En fait, j’aurais bien dit que c’était du steampunk, mais je suis pas trop une spécialiste du genre donc je pourrais me gourer. En tout cas voilà, ambiance Angleterre victorienne, mais avec une touche de magie.

L’intrigue se construit autour du Cirque des Rêves — en français dans le texte — dont le projet naît sous nos yeux et grandit tout au long du roman. Les personnages principaux sont des illusionnistes, mais il faut donner à ce mot le sens inverse de celui que nous utilisons. Alors qu’un illusionniste fait passer pour de la magie ce qui ne sont que des illusions, les personnages de The Night Circus font passer pour de simples illusions ce qui est en réalité de la véritable magie.

Une intrigue prenante

Le Cirque des Rêves naît du challenge que se lancent deux magiciens qui se choisissent des élèves pour s’affronter et décider ainsi laquelle de leur méthode est la meilleure. L’un des élèves est la propre fille de l’homme qui se fait appeler Prospero l’enchanteur. L’autre est un orphelin choisi plus ou moins au hasard par l’homme en gris. Toute leur enfance se passe à s’entraîner pour le grand affrontement qui régit leur vie. Propsero compte sur les prédispositions de sa fille Celia et lui fait pratiquer dès son plus jeune âge, tandis que l’homme en gris compte de son côté sur un apprentissage purement technique, interdisant à son élève d’essayer de mettre en pratique ses connaissances tant qu’il ne les maîtrise pas parfaitement.

© Smileys 4 eva

© Smileys 4 eva

L’affrontement commence quand les personnages sont adultes. Marco, l’élève de l’homme en gris, travaille comme assistant du propriétaire du Cirque, et le suit à distance, tandis que Celia se fait engager comme illusionniste. Chacun imagine des attractions différentes pour le Cirque, toutes plus merveilleuses les unes que les autres, mais alors que leurs instructeurs prévoyaient une bataille d’imaginations sans merci, les deux magiciens se mettent peu à peu à collaborer, enrichissant l’un l’autre leurs créations.

Un univers fantasmagorique

Le lecteur est embarqué dans un voyage onirique, passant de merveilles en merveilles au fil des différentes tentes du cirque, qui est davantage construit comme un labyrinthe sans fin que comme le traditionnel chapiteau. L’univers, donc, est charmant, et je me suis vraiment laissée prendre au jeu des chapitres « visite guidée » qui s’adressent directement au lecteur et nous font découvrir une à une plusieurs des tentes. Le cirque est un rêve tout en noir et blanc, on y évolue à pas feutrés, sachant que l’enchantement se cache derrière chaque porte.

J’ai beaucoup aimé le style, très riche, plein de volutes, de circonvolutions et de mots qui se dégustent comme des bonbons un peu précieux. C’est rédigé au présent, et j’ai vraiment apprécié l’effet que ça produisait, mêlé à tout ce vocabulaire un peu suranné. (NB : j’ai lu en anglais, donc je ne sais pas ce que donne la trad française au niveau du style. Le roman a été traduit sous le titre Le cirque des rêves.)

© La chapelière  folle

© La chapelière folle

Les personnages sont tous très intéressants, et gagnent en profondeur au fur et à mesure que l’intrigue progresse. Une ancienne ballerine, un horloger, un architecte, deux soeurs modistes, une contortioniste et deux jumeaux aux étranges facultés, nés le jour de l’ouverture du Cirque des Rêves… une belle galerie de rêveurs, tous un peu en dehors du monde. Des romances se nouent, toutes en délicatesse, et pourtant pleines de passion.

C’est un roman à la fois prenant et poétique, qui m’a tenue sous son charme jusqu’au bout. Une lecture que je recommande chaudement, donc, surtout si vous aimez les ambiances un peu particulières et le fantastique subtile.

Publicités

2 réflexions sur “Lecture : The Night Circus, par Erin Morgenstern

  1. J’adoooore ce livre ❤ Absolument enchanteur. Et moi aussi j'attends avec impatience d'autres parutions de cette auteure !

    (Tu savais que c'était un roman du NaNoWriMo à l'origine ?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s