Mes premiers pas d’auteure

Comme pas mal d’autres ados, j’écrivais des poèmes fort narcissiques et des débuts de roman qui n’allaient jamais au-delà des cinq ou dix pages. Et je rêvassai qu’un jour, j’écrirai un livre — ou encore mieux, une trilogie ou une série en sept tomes — qu’il serait publié et que je serai riche et célèbre. Comme d’autres rêvent de devenir chanteuse ou actrice, je suppose.

Goncourt-couv

Sauf que bien sûr, à un moment, l’égocentrisme adolescent finit par s’affadir, et vous commencez à vous rendre compte que vous n’êtes pas la seule à gribouiller des poèmes qui ne riment pas — mais c’est des vers libres, enfin — et à vous lancer dans des romans que vous ne terminez jamais parce que vous n’avez pas la moindre base d’intrigue. Lire la suite