Lecture : Quatre ans, deux mois et dix-huit jours – Valéry K. Baran

l laska

Quatre ans, deux mois et dix-huit jours. Une rencontre dans un bar du quartier gay de la capitale. la peur d’en franchir le seuil d’entrée. Le premier coup de sa vie et, paradoxalement, le meilleur. Trois jours passés ensuite ensemble à croire qu’il était amoureux. Une disparition. Des retrouvailles inattendues quelques semaines plus tard, puis d’autres bars, d’autres saunas, d’autres salles obscures, à ne plus savoir, parfois, s’il s’agissait bien de ses mains posées sur lui ou de celles d’autres, et l’essai de chaque meuble de l’appartement prêté par un copain.

Lire la suite

Publicités

Au temps pour moi, corps prend un p

histoiresdemots

Outre la simple curiosité intellectuelle, une bonne raison de s’intéresser à l’histoire des mots, c’est que ça vous permet d’accroître votre vocabulaire, et d’améliorer votre orthographe. Ainsi, certaines expressions en français sont écrites d’une façon qui est tout sauf instinctive. Mais si vous connaissez l’histoire de ces expressions, vous vous apercevrez qu’en fait, c’est parfaitement logique.

Au temps pour moi

Beaucoup de gens écrivent ça ainsi : autant pour moi. Et ça se comprend. On utilise cette expression pour dire, « je me suis trompé et je l’accepte » et donc quoi de plus naturel que de comprendre ce « au temps » comme « autant », une façon de quantifier son erreur, « autant d’erreur commise par moi ». Lire la suite

Mes premiers pas d’auteure

Comme pas mal d’autres ados, j’écrivais des poèmes fort narcissiques et des débuts de roman qui n’allaient jamais au-delà des cinq ou dix pages. Et je rêvassai qu’un jour, j’écrirai un livre — ou encore mieux, une trilogie ou une série en sept tomes — qu’il serait publié et que je serai riche et célèbre. Comme d’autres rêvent de devenir chanteuse ou actrice, je suppose.

Goncourt-couv

Sauf que bien sûr, à un moment, l’égocentrisme adolescent finit par s’affadir, et vous commencez à vous rendre compte que vous n’êtes pas la seule à gribouiller des poèmes qui ne riment pas — mais c’est des vers libres, enfin — et à vous lancer dans des romans que vous ne terminez jamais parce que vous n’avez pas la moindre base d’intrigue. Lire la suite

3 conseils pour trouver l’inspiration

Vous voulez trois conseils pour trouver l’inspiration quand vous êtes en manque d’idées ? Voilà les miens :

  • Faites des insomnies
  • Prenez des douches
  • Marchez

Plus sérieusement ?

1. Trouvez l’activité qui vous met dans le bon état d’esprit

Effectivement, pour moi, c’est les trois que j’ai listées au-dessus. Alors bon, non, je fais pas spécialement exprès d’avoir des insomnies, mais quand ça arrive, ça débloque carrément mes intrigues. Souvent, je commence à écrire parce que j’ai envie d’écrire, tout simplement, mais ça veut pas dire que j’ai une intrigue bien fixée dans ma tête. C’est plus une idée vague, des fois simplement une atmosphère ou un thème que j’ai envie d’explorer. Alors je commence mon texte et je me retrouve bloquée. Je regarde mon traitement de texte dans le blanc des yeux en me demandant ce que je vais bien pouvoir inventer ensuite. Lire la suite