Lecture : Les Incertains, de Richard Arlain

Láska, c’est l’éditeur chez qui je suis éditée, et j’aime beaucoup le « modèle économique » qu’il propose, assez loin du reste du monde de l’édition. Un jour, je ferai sûrement un article à part pour vous en parler. En attendant, sachez que je suis abonnée en tant que lectrice chez eux, ce qui permet d’avoir accès à tout leur catalogue à prix mini.

l laska

Le premier texte que j’ai lu chez eux, c’était Les Maladroits, de Richard Arlain. Ce texte a été un vrai coup de cœur, au sens, pas juste une lecture sympa, mais vraiment « voilà, c’est ça que j’ai envie de lire quand je lis de la romance, quelque chose de vrai, de réel, quelque chose qui me parle, sans clichés et sans personnages trop parfaits. Et mes textes à moi, c’est chez un éditeur qui publie ça que j’ai envie de les voir publiés. »

Donc quand j’ai appris (je surveille le catalogue de près) qu’une suite aux Maladroits allait voir le jour, j’étais super contente. Après, je dois dire que juste sur la couverture, c’est le genre de bouquins que j’aurais sans doute évité, parce que esthétiquement, c’est pas trop mon truc… Mais comme j’aime bien me tenir au courant de ce qui se passe chez Láska, que j’ai un abonnement chez eux, et que le contemporain est un de mes genres préférés, j’aurais probablement testé de toute façon, même sans connaître le nom de l’auteur.

Incertains_petit

Puisqu’on en est aux couvertures, j’ouvre une parenthèse pour préciser que, par contre, j’adore celle des Maladroits. Je ne sais pas trop pourquoi, elle me fait penser à celle de Belle du Seigneur (en plus coquin, c’est certain), même si le cadrage n’est pas tout à fait le même. Mais la jeune femme sur les deux m’inspire le même sentiment de mystère que j’ai envie de percer. Bref. Fin de la parenthèse.

maladroits vs belleDans Les Maladroits on suivait la rencontre de Clarice et Simon, qui étudiaient dans le même IUT mais venaient de milieux sociaux très différents. Ellie, la petite sœur de Clarice, faisait en quelque sorte figure d’antagoniste puisqu’elle bloquait par moment l’avancement de l’intrigue amoureuse en s’interposant entre les deux tourtereaux. Un peu gênante, sans trop de personnalité, le genre de personnage qu’on met volontiers de côté pour s’intéresser à la « vraie » histoire.

Pas évident dans ces conditions d’écrire un second volume centré sur ce personnage. Pari réussi, cependant, avec Les IncertainsMais Richard Arlain met définitivement la barre très haut en nous proposant comme deuxième protagoniste de cette romance un anti-héros auquel, dès les premières pages du livre, on a pas mal envie de mettre son poing dans la figure. Il faut dire que Romain, qui s’est fait un jeu avec ses collègues informaticiens de séduire les femmes qui travaillent dans la même compagnie qu’eux, n’est pas seulement un goujat qui passe de conquête en conquête, mais surtout un type super creepy qui espionne sans vergogne l’intimité des femmes qu’il souhaite séduire. Je dois avouer qu’à la fin du premier chapitre, je n’étais pas certaine que l’auteur arrive à « racheter » suffisamment ce personnage pour que je puisse éprouver de la sympathie pour lui, et que j’aie envie de le voir finir avec l’héroïne.

Et pourtant… Pourtant, la magie opère bel et bien. Comment, pourquoi, je ne sais pas exactement, mais ce qu’il y a de sûr, c’est qu’au milieu du livre, j’étais à fond, je voulais vraiment voir nos deux héros finir dans les bras l’un de l’autre. Et je dois dire, c’est pas toujours le cas pour moi quand je lis de la romance. Souvent c’est un peu « meh », l’héroïne est désignée, le héros aussi, alors je me laisse prendre au jeu même si je sais comment ça finit, mais je ne ressens pas cette « urgence » à enfin voir les deux personnages heureux et ensemble, accomplis l’un à travers l’autre.
Avec Les Incertains, si, parce que Richard Arlain est très bon à montrer ce que les deux personnages s’apportent l’un à l’autre, comment ils se font grandir émotionnellement. C’est une romance, je sais bien qu’ils vont finir par se retrouver, n’empêche qu’il y a un moment où j’angoisse honnêtement, où j’espère qu’ils vont y réussir sans se faire trop de mal, tout ça.

Ensuite de quoi, des personnages secondaires qui font un peu plus que servir de décor. Par exemple, très chouette insertion d’un couple lesbien, sans que ça fasse forcé, ni tomber dans l’extrême simplification « oh tout va bien, il n’y aucune discrimination, jamais ». Non, c’est présenté avec naturel, justesse et on s’attache très vite au personnage de Laura. Mais c’est surtout pour avoir fait des éventuelles rivales d’Ellie – les autres filles que drague Romain – des vrais personnages, et pas juste des épouvantails en forme de fille qui se seraient mis entre les deux héros, que je suis vraiment fan de Richard Arlain. Et c’est aussi ce qui sauve Romain, d’ailleurs, le moment où il se rend compte que ce sont de vraies personnes qu’il blesse, pas juste une version en trois dimensions de ses rapports web.
Un peu en dehors de l’intrigue, mention spéciale pour une scène qui m’a vraiment touchée, où Ellie retourne dans son ancien lycée, et où elle se rend compte du chemin qu’elle a parcouru pour devenir qui elle est. J’ai vraiment aimé l’ambiance de ce passage, super réaliste, un peu nostalgique, en dehors du temps. J’avais l’impression d’y être moi-même. C’est ce genre de choses qui permettent de construire un personnage qui ne soit pas limité à l’intrigue amoureuse. Et c’est bien.

Finalement, mentionnons que vous pouvez parfaitement lire ce roman sans avoir lu Les Maladroits auparavant. On y retrouve Simon et Clarisse, alors c’est sympa pour ceux qui connaissent leur histoire, mais on peut parfaitement en faire abstraction pour se concentrer sur celle d’Ellie et Romain.

Publicités

2 réflexions sur “Lecture : Les Incertains, de Richard Arlain

  1. Avec un peu de retard, merci beaucoup pour tous ces compliments. Je suis heureux et touché que vous ayez vu tout cela dans mon roman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s